Lucien de Hirsch :
plus d’un siècle au service de l’éducation juive en France

scan-ldh-2Créé en septembre 1901 pour venir au secours des enfants juifs d’Europe de l’est victimes des persécutions antisémites, Lucien de Hirsch n’a cessé depuis de diffuser le message d’un judaïsme à la fois authentique et ouvert à toutes les formes de cultures.

Ce sont ainsi des milliers d’élèves qui depuis sa création se sont succédés dans les locaux de l’Avenue Secrétan, poursuivant le plus souvent leurs études dans d’autres écoles juives et exerçant par la suite les métiers les plus divers.

Un nombre important d’entre-eux ont réalisé leur Alya, emportant avec eux en Israël les principes qui fondent l’éducation juive de Lucien de Hirsch, à savoir: la pratique scrupuleuse des mitzvoth, le sionisme, et un attachement actif à la communauté juive.

Véritable institution au sein de la communauté juive de France, Lucien de Hirsch n’en n’a pas cessé pour autant de se développer et d’élargir son horizon. Elle compte aujourd’hui 1100 élèves de la maternelle à la terminale, ce qui ne la classe pas seulement comme la plus ancienne des écoles juives de France mais aussi comme l’une des plus importantes d’Europe en terme d’effectifs.

 

Une école Orthodoxe

scan-ldh-3Lucien de Hirsch considère que l’Homme se réalise en tant que juif en respectant scrupuleusement les mitzvoth et en approfondissant intellectuellement cette pratique par l’Etude de la Thora et des textes fondamentaux de 4000 ans de tradition juive. Aussi les élèves sont-ils éduqués dès leur plus jeune âge à appliquer les commandements de la Thora (La tephila du matin est systématique et obligatoire dans toutes les classes de l’Ecole, les fêtes religieuses donnent lieu à des activités spécifiques, le port de la Kipa est obligatoire, etc…)

 

Une école sioniste

Lucien de Hirsch a depuis sa création soutenu l’Etat d’Israël, lui reconnaissant pleinement la place centrale qui est la sienne dans le Judaïsme mondial. Ce lien privilégié est rappelé à chaque occasion, et tout est fait pour promouvoir la Alya auprès des élèves. La journée de YomAatzmaouth constitue un moment fort de l’année scolaire, et tout est mis en ouvre pour développer le sentiment d’une solidarité sans faille avec la population d’Eretz Israël. Chaque année un voyage pour les élèves y est organisé. L’Ecole, née en même temps que le KKL il y a 100 ans, développe avec cette institution un partenariat fécond.

 

Une école tournée vers la Communauté

Cours de l'école - 1908L’action communautaire constitue un axe important de sa politique éducative, particulièrement au cycle secondaire. La solidarité communautaire est mise en pratique à travers des actions concrètes de soutien aux personnes en difficulté dans le cadre de partenariats réguliers avec des institutions caritatives ou sociales (Collecte alimentaire pour Shoulhan Lev ou les Eclaireurs Israélites de France, collecte et distribution de colis e Pessah avec Ohr Hanna, collecte de jouets pour Hanouka, participation active à l’Appel national pour la Tzedaka, distribution de cadeaux de Pourim, etc…) Les élèves sont appelés à développer toute forme d’actions de solidarité avec les juifs persécutés dans le monde (Soldats Israéliens au Liban, Juifs d’Iran, etc…)

 

Une pleine ouverture sur le monde moderne

Salle de dessin - Début du siècleLDH s’inscrit dans la tradition des pirké avoth reprise par Maïmonide puis par le Rabbin Samson Raphaël Hirsch, selon laquelle l’étude de la Thora, ne saurait se suffire à elle même et être dissociée de la pratique d’un métier. L’exercice d’une profession contribue à l’embellissement de la création divine au bien-être de Ses créatures. La connaissance des arts et des sciences les plus modernes contribue également à une compréhension plus fine et plus actuelle des textes juifs les plus traditionnels. Pour toutes ces raisons Lucien de Hirsch favorise la découverte de toutes les cultures et de toutes leurs formes, dans un esprit d’ouverture et de tolérance. Les arts, la littérature, et toutes les formes de sciences sont enseignées et encouragées. Des sorties culturelles sont régulièrement organisées dans les musées, les théâtres et tous autres lieux de culture, afin d’en rendre la fréquentation familière aux élèves.

 

L’enseignement de la Shoa

Lucien de Hirsch a vécu dans sa chair la tragédie de la Shoa, lorsque, le 24 Juillet 44, les 107 élèves de l’école et leurs maîtres ont été arrêtés par Aloïs Brunner, déportés par le dernier convoi au départ de Paris, puis exterminés à Aushwitz. (cf Yzkor) La Shoa fait l’objet d’un enseignement spécifique, tout particulièrement au Lycée où un voyage en Pologne incluant les principaux camps de concentration est organisé pour les élèves de 2de. Par ailleurs Lucien de Hirsch est la 1ère école juive à s’être dotée d’un programme spécifique d’enseignement de la Shoa, qu’elle a fait rédiger par des spécialistes pour répondre à ses besoins.

Les élèves du collège se rendent systématiquement selon les âges, soit au Mémorial du Camps de Drancy, soit à celui du Martyr juif inconnu. Des rescapés sont invités chaque année à témoigner auprès des élèves, de la Solution finale et des camps nazis.