En ce jour, D.ieu fit un serment d’alliance perpétuelle avec nous, et, en retour, nous lui avons juré une fidélité éternelle.

La fête de Chavouot est un Yom Tov et donc répond à des impératifs hala’hik. 

En effet,tout travail est interdit. Que définit-on comme un travail ? Tout ce qui ne concerne pas la nourriture et la boisson, ni les besoins de l’une ou e l’autre par exemple éteindre une bougie, construire, creuser ou tout ce qui en est l’équivalant. 

En revanche, pour les travaux concernant la nourriture ou la boisson, par exemple la cueillette, le battage, le gerbage, le vannage, le tri, la mouture, le criblage, le pétrissage, la cuisson sur un feu, … seront autorisés pour satisfaire les besoins de la fête. 

Le commandement positif de manger des mets à Yom Tov fait partie intégrante de se réjouir et dès lors de se servir d’un feu pré-allumé pour assurer ce travail. 

 

Chavouot doit être fêté joyeusement. La Mitsva d’être joyeux à Yom Tov doit un leitmotiv pour chacun et n’oublions pas que la réception de la Thora est une nouveauté pour chaque année. 

 

La préparation de Chavouot passe par la fameuse veillée où chacun se rendra à sa synagogue pour étudier des textes de Thora et ce pour s’immerger dans la sainteté de ce jour. 

 

La coutume de Chavouot est de fleurir les synagogues pour se rappeler que la Thora a été donnée sur une montagne rocailleuse et qu’elle a subie une transformation avec l’apparition de verdure. 

 

Ce jour, nous avons l’habitude de consommer des plats lactés puisque le blanc symbolise la pureté tout comme la Thora. Nous avons aussi la coutume de lire les Hazarot où les 613 Mitzvot y sont mentionnés avec poésie.